Rapport à l'écriture par Joëlle Deniot Professeur de sociologie à l'Université de Nantes - Habiter-Pips,  EA 4287 - Université de Picardie Jules Verne - Amiens Membre nommée du CNU
 >Equipe Lestamp Fiches individuelles des Membres
Université de Nantes sociologie  Colloque Sociétés de la Mondialisation
 

Cliquer sur l'image...

 
Université de Nantes Sociologie
 
Prolétarisation des mondes ouvriers
Nantes L'excès-la-ville Histoire Sociologie
Le rire de Norma Jean Baker Marylin 2012
Hommage à C Leneveu David Morin-U.
A so small world : interdit sociologique
Traces et contrastes du décor populaire
Variations anthropologiques
 Ethos de la juste mesure
Les ouvriers des chanson
L'envers du décor : les peuples de l'art
Les ouvriers Nazairiens ou la double vie
Parlers ouvriers, parlers populaires
Corps et imaginaire dans la chanson réaliste
Apocalypse à Manhattan
Du commun, Critique de sociologie politique
Des cultures populaires
Odyssée du sujet dans les sciences sociales
Espaces-Temps Territoires/réseaux
Corpographie d'une voix Ed. Piaf intégrale
Rapport à l'écriture
Sciences sociales et humanités
Le parcours du doctorant -Coll. la Normalité
Le temps incertain du goût musical
Hommage C Leneveu-J. Deniot
Chanson comme écriture de l'effusion
 
Les peuples de l'art
French popular music
Libre prétexte
De Bretagne et d'ailleurs
Eros et société Lestamp-Edition 2012
Des identités aux cultures
The societies of globalisation
Changements sociaux&culturels ds l'Ouest
Saint-Nazaire et la construction navale
L'ouest bouge-t-il ?
Crises et Métamorphoses ouvrières
Usine et coopération ouvrière
Transformation des cultures techniques
E Piaf La voix le geste l'icône-Anthropologie
La CGT en Bretagne, un centenaire
Espaces Temps & Territoires Lestamp-Ed.

Le Bel ordinaire JDeniot critiques& CR
Actualité de la pensée grecque

Bilan réflexif Itinéraires S. sociales

Le genre et l'effroi de Judith  B

   ________________

 EVENEMENTS LESTAMP

cliquez

Dernières parutions 2014

 

Eros et liberté Paris, Le Manuscrit

 

Le genre et l'effroi d'après Judith B. par J-A DENIOT.Nantes Lestamp

 

J.REAULT, De N Poulantzas à C Castoriadis, deux ponctuations grecques d'un itinéraire sociologique in Christias et Mouchtouris (éd.) Actualité de la pensée grecque. Paris Le Manuscrit 2014.

_________

Tribunes et Critiques

Lisez

Claude Javeau à propos de J-A Deniot, Edith Piaf...

___________

-Tribunes et News

cliquez

-Chile un pais brutalmente enfermo. Rodrigo PAZ (en traduction)

- Rupture écologique  sur le front des  manipulations de l'humain (PMA, GPA) ?

- Jean Blaise au Ministère : Call me TINA. Avril 2014

____________________
 
25, Boulevard Van Iseghem
44000 - NANTES
Tél. :
Fax :
02 40 74 63 35, 06 88 54 77 34
02 40 73 16 62
lestamp@lestamp.com

  > Newsletter lestamp  
 

www.sociologiecultures.com Découvrez des synthèses portant sur des thèmes de la sociologie et du développement des cultures populaires, de l'esthétique de la chanson, des connaissances appliquées. Des tribunes s'engageant sur le rapport de l'anthropologie fondamentale des sociétés et des politiques aux sciences sociales, des liens vers des sites web de référence. Si vous voulez les télécharger en vous abonnant, Lestamp-copyright. cliquez ici.

La Normalité, 8° Eté du Lestamp jeudi 27 vendredi 28 samedi 29  juin 2013 Nantes

 
 

Eté du Lestamp 2012, Des hommes des femmes Inerties et métamorphoses anthropologiques

 
J Deniot M Petit-Choubrac J Réault L Danchin, 8 mars 2013 Galerie Atelier-Expo Nantes

Sociologie Nantes

Joëlle Deniot Professeur de sociologie à l'Université de Nantes - Habiter-Pips,  EA 4287 - Université de Picardie Jules Verne - Amiens Membre nommée du CNU Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp-Edition 2009

Sciences sociales et humanités Joëlle Deniot et Jacky Réault : colloque l'Eté du Lestamp avec HABITER-PIPS Université de Picardie Jules Verne.
Université de Picardie Jules Verne- LESTAMP, Amiens H-P Itinétaires de recherche à l'initiative de Jacky Réault
Joëlle Deniot et Jacky Réault Etats d'arts Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp--Edition 2008

Joëlle Deniot Jacky Réault 2006 Invention de l'Eté du Lestamp devenu Colloque du Lieu commun des sciences sociales

 

 
 
Prise de parole en public
Gestion des connaissances KM
Gestion des conflits
Bilan professionnel
Ingénierie de formation
Certification des formateurs
Préparation au concours
Orientation professionnelle
Formation au management public
Conduite de réunions participatives
Gestion du stress au travail
Management de projet
Réussir la prise de poste
Formation coaching de progression
Conduite du changement
Université de Nantes Sociologi eJ Deniot J Réault  CDrom The societies of the globalization Paris LCA 2007

Nantes sociologie

Pour un écosystème réel et virtuel des social scientists  et des sites ouverts à un lieu commun des sciences sociales et à la multiréférentialité

Revues en lignes,

-Pour un lieu commun des sciences sociales

 www.sociologie-cultures.com  

-Mycelium (Jean-Luc Giraud, Laurent Danchin=, Cliquer pour découvrir les nouveautés de septembre 2012

-Interrogations

http://www.revue-interrogations.org/actualite.php?ID=95li

Cliquez sur l'image pour accéder au film sur Youtube Joëlle Deniot. Edith PIAF. La voix, le geste, l'icône. de ambrosiette (Jean Luc Giraud sur une prise de vue de Léonard Delmaire Galerie Delta Paris 7 09 2012 J A Deniot M Petit-Choubrac,J Réault  L Danchin, J L Giraudtous édités au  Lelivredart


 

 

 

Sociologie de la chanson et de la voix

 

Dernier  passage de Joëlle Deniot à France Culture, lundi 22 juillet 21 heures dans l'émission La vie en Piaf de Maylis Besserie

f

Rapport à l'écriture




 
Joëlle Deniot Professeur de sociologie à l'Université de Nantes - Habiter-Pips,  EA 4287 - Université de Picardie Jules Verne - Amiens Membre nommée du CNU
 

Joëlle-Andrée Deniot


Professeur de sociologie à l'Université de Nantes
Habiter-Pips,  EA 4287
Université de Picardie Jules Verne - Amiens
Membre nommée du CNU


Il est vrai qu’écrire, c’est manier un code rhétorique. Il est vrai que la socialisation de l’acte d’écrire – en termes de compétition, de convention, de mode, d’impératifs énonciatifs ou stylistiques – menace paradoxalement la création. Mais le geste d’écrire se situe surtout dans la marge. Il consiste à opérer ce pas de côté qui s’insurge contre les évidences usées du langage et qui n’a pas le souci inhibant d’un destinataire concret. Aussi pour dire cette marge, peut-être faut-il une approche sémiologique plus libre ?


http://www.sociologie.univ-nantes.fr/deniot-jauciyer-j/0/fiche___annuaireksup/&RH=SOCIOLOGIE_FR1


Que signifient les multiples rapports à l’écriture aujourd’hui ?


C’est peu dire que la question est vaste. Il ne s’agit pourtant pas d’emblée de la réduire. Mais l’écriture ne peut être, ici, déchiffrée dans toutes ses modalités sociales ou privées, et ce d’autant plus que l’engouement actuel pour les messages connectés sur la toile électronique, vient encore diversifier les facettes déjà multiples du geste d’écrire. Or si l’écriture ne renvoie pas à l’ensemble indéterminé des manifestations scripturaires, c’est aussi - fondamentalement - que l’on souhaite interroger  l’écrire en un sens plus ultime.

Commençons alors par définir l’écriture comme acte d’engagement intime dans un désir d’exprimer quelque chose de vital dont on ne connaît ni la direction, ni la forme. Prenons pour postulat d’appeler écriture cette hantise à dire, à faire apparaître ce qui est encore  sans représentation. Cela toucherait à la souffrance, au plaisir, au sentiment, au travail, à la perte, au souvenir, à la pensée, à l’errance ou la quête … autrement  dit au plus difficilement symbolisable dans nos liens à nous-mêmes et aux autres, que ces liens soient envisagés sous l’angle de notre propre trajectoire, celle de nos proches ou bien sous l’angle de l’histoire commune.



Écart sensible

Bien sûr ce postulat radical passe sous silence les éléments les plus mobilisés de nos usages professionnels, conviviaux, citoyens de l’écriture. Car écrire suppose très souvent de fournir un message conforme à l’attente d’un destinataire qu’il soit collectif ou individuel, connu ou non, mais toujours idéalement représenté.

Écrire, aurait-il pour raison fondatrice d’écrire à … ? d’écrire pour ? … Sans doute, toutes les formes de l’écrire en appellent-elles à leur insu, ou de leur vœu, non pas d’abord à une visibilité, mais plus essentiellement à une lisibilité. Et c’est précisément la façon de concevoir ce regard – lecteur, cet Autre dans l’écriture qui va orienter le cadre problématique du questionnement du geste d’écrire et placer son interprétation sous le signe d’une sémiologie plus ou moins ouverte.

En effet, si l’on suppose qu’écrire, c’est toujours (tendre à) bien écrire … autrement dit toujours (tendre à) s’inscrire dans un espace sémantiquement, syntaxiquement, lexiqualement normé par les attentes des « scribes », des commanditaires, des correspondants on s’engage alors dans une analyse sémiologique restreinte, ne mesurant la signification de l’écriture qu’à l’aulne d’un simple code culturel.  Or ce dernier nous renvoie plutôt à l’ordre du répétitif, de l’interdit, de la censure et non aux possibilités d’écoute de l’inédit en soi.

Il est vrai qu’écrire, c’est manier un code rhétorique. Il est vrai que la socialisation de l’acte d’écrire – en termes de compétition, de convention, de mode, d’impératifs énonciatifs ou stylistiques – menace paradoxalement la création. Mais le geste d’écrire se situe surtout dans la marge. Il consiste à opérer ce pas de côté qui s’insurge contre les évidences usées du langage et qui n’a pas le souci inhibant d’un destinataire concret. Aussi pour dire cette marge, peut-être faut-il une approche sémiologique plus libre ?


Polygraphies de l'être

Souligner qu’écrire est un geste « profondément intime », ne revient pas à en faire un geste autarcique ou asocial, bien au contraire. Mais c’est effectivement ne pas réduire son caractère socialisé à ses seuls effets de domestication, de standardisation, de neutralisation issues de tel marché de la communication, de l’édition ou bien issues des exigences d’une reconnaissance publique.

Solitaire, l’écriture n’est pas un soliloque. Car écrire suppose d’être en résonance personnelle avec d’autres verbes–amis, d’autres paroles–sœurs, d’autres langages qui vous touchent. Écrire, c’est en ce sens, toujours co-écrire. Écrire trouve son sol natif dans cette intersubjectivité souterraine, dans le tissu des mots ordinaires, dans le tissu des textes qui, dans la vie, vous frappent l’oreille, l’œil et le cœur. Écrire, c’est écouter sa voix à travers d’autres voix, c’est entrer dans une polyphonie des voix humaines ; chœur virtuel des vivants et des morts affirmant, en amont, la racine assurément collective et socialement coopérante de l’acte d’écrire.

Graphismes des traits, chorégraphies des pas, des couleurs, des volumes l’écriture a plus d’un alphabet. L’écrire  ne se décline pas sur la seule ligne graphique des lettres. Écrire, c’est chercher ses traces ; c’est retenir, faire apparaître, recréer ses traces par une médiation d’images, de symboles noués au fil des mots, ou bien liés à de tout autres voies : expressions des corps, des objets …

Si le geste d’écrire est fondamentalement solitaire et intime, c’est qu’il est souvent suscité par des épreuves personnelles ou collectives, qu’il est tenu par cet impossible récit des blessures. « Impossible » … car écrire, c’est saisir une émotion qui toujours échappe.

L’écriture est souvent considérée comme support de mémoire, elle se situe plutôt entre souvenir et avenir. En effet, quel que soit le médium choisi, l’écrire rêve toujours l’absence : ce qui n’est pas encore ( les possibles, l’utopie, les désirs, les langages enfouis … ) et ce qui n’est plus (  l’origine, l’enfance, l’enfui … ). Alors écrire, c’est face au temps, se donner un espace libre de continuité. Cela peut être une expérience d’apaisement, toutefois, toujours menacée … et à reprendre sans cesse.

Si écrire est bien sous-tendu par un désir d’exprimer, cette expression ne peut certes se mettre en œuvre et en forme que face à un récepteur potentiel. Oui, écrire c’est bien s’adresser à … non pas à un destinataire avec demande ciblée - ce serait juger l’écriture d’après ses seuls exercices de commande ou de complaisance - mais s’adresser à un lecteur imaginaire, réel et irréel, idéalement vrai qui, comme pour le musicien, posséderait l’oreille absolue. Cet Autre invisible de l’écriture , qui met à distance l’auteur-sujet du sujet psychologique, qui permet « de parler de soi en faisant abstraction de soi 
»[1], correspond pour qui s’engage dans le chantier de l’écriture - à l’invention de cette oreille absolue.


A l'aube du langage

Écrire, c’est travailler dans l’argile d’une langue vivante. Cela signifie éviter un ensemble de pièges rhétoriques :  les prêts à dire, les associations convenues, les lissages trop convenables. Car il s’agit d’aller vers un langage de l’émotion, qui en fasse résonner les éclats, affleurer les déchirures et les silences. Et c’est une tâche difficile que d’ôter tous ces freins à l’intensité de la parole. C’est une tâche le plus souvent transgressive. On est parfois surpris par la puissance de certaines écritures dites brutes ou par la fulgurance des réparties abruptes du parler populaire qui se placent, pourtant hors considération des atours et disciplines linguistiques. Écrire, c’est aussi résister à la langue. C’est faire surgir, par instants, par fragments la voix de l’intoléré, le cri alogique, la violence du réel, la brûlure inconnue de l’inexprimé.

 

Joëlle-Andrée Deniot
Professeur de sociologie à l'Université de Nantes
Habiter-Pips,  EA 4287
Université de Picardie Jules Verne - Amiens
Membre nommée du CNU

Droits de reproduction et de diffusion réservés © LESTAMP


[1] cf. Régine Poirier in « l’écrit, outil de mémoire » dans le présent numéro de la revue.


 


IDENTITES SEXUELLES

IDENTITES SEXUEES

 

 Le genre et l'effroi d'après Judith Butler. J A DENIOT 2014 

  

A l'occasion de la publication de Le genre et l'effroi d'après Judith B. décidée en avant première de la communication de Joëlle-Andrée DENIOT, Nantes Lestamp, 2014, (Cliquer ici).s'est déroulé à Nantes 17 avril 2014, le Séminaire inaugural du Lestamp, Identités sexuelles Identités sexuées autour de l'exposé de la psychanalyste Véronique HERVOUËT, membre des Forums du Champ lacanien, L'homosexualisme. (Cliquer ici)

Autres publications

LES VOEUX DU LESTAMP POUR 2016

 

Voeux du Lestamp 2016 Ré-enchantez-vous.

 

10ieme.ete.du.lestamp.2016.le.mal.

Pour soumettre un projet de com.: joelle.deniot@wanadoo.fr

et jacky.reault@wanadoo.fr

 

Entrée libre 

LE 10° ETE DU LESTAMP

 

 LES 30 JUIN 1° JUILLET, 2 Juillet 2016

à  Nantes

 

Sur le thème le plus problématique et le plus tabou de l'époque de la mondialisation sans sujet (Kaos Kaos, Edition d'Eros et societés Essai plastique à l'occasion de l'...Jacky Réault )

 

le mal

 

Aux limites des sciences sociales

 

__________

 

 

 

Janvier 2016 KAOS (oeuvre de Jacky Réault, tous droits réservés) ou la mondialisation sans sujet

 



 

 
_______________________________________________________ 




 
 
 


LIENS D'INFORMATION
 

Statuts lestamp   I   Publications lestamp   I   Art, cultures et sociétés  I  Partenariat lestamp  I  Newsletter lestamp  I  Livre libre prétexte  I  Livre les peuples de l'art  I  Livre french popular music
Livre éros et société   I   Livre des identités aux cultures  I  Livre de Bretagne et d'ailleurs  I  Libre opinion  I  Page d'accueil index  I  Formation continue  I  Equipe lestamp  I  Décors populaires
Contact lestamp   I   Conférences lestamp   I   Conditions générales lestamp  I  Sciences sociales et humanités  I  Charte confidentialité lestamp  I  Articles  I  Article variations anthropologiques
Article traces et contrastes  I  Article rapport à l'écriture  I  Article parler ouvriers  I  Article ouvriers des chansons  I  Article ouvriers de Saint-Nazaire  I Article odyssée du sujet  I  Le rire de Norma
Article le poids la perte des mots   I   Article la prolétarisation du monde ouvrier   I  Article Nantes ville  I  Article interdit sociologique  I  Article envers du décor  I  Article des cultures populaires
Article critique de la sociologie politique   I   Article la chanson réaliste   I   Article chanson comme écriture   I   Article apocalypse à Manhattan   I   Appel à contribution   I  Adhésion à lestamp
Décor populaire   I  Publications les sociétés de la mondialisation   I   Intervenants au colloque les sociétés de la mondialisation   I  Colloque acculturations populaires  I  Colloque bilan réflexif
Colloque chanson réaliste   I   Colloque états d'art   I   Colloque chemins de traverse   I   Colloque des identités aux cultures   I  Colloque éros et société  I  Colloque espaces, temps et territoires
Colloque science fiction, sciences sociales   I   Colloque les peuples de l'art   I   Colloque nommer l'amour   I   Colloque odyssée du sujet dans le sciences sociales  I  Colloque sciences sociales
Colloque les sociétés de la mondialisation Colloque une vie, une ville, un monde  I  Article hommage à Claude Leneveu  I  Article Nantes identification  I  Article prolétarisation Jacky Réault
 
 

© Lca Performances Ltd