Colloque Des Hommes Des Femmes

 Inerties et métamorphoses anthropologiques

 


7° Eté du Lestamp Nantes  28/ 29 30 Juin 2012

 

Une grande convergence

                                   

                                                                quasi unanime dans les prises de parole, s'est manifestée pour entrer en résistance  à la captation tendanciellement tyrannique du concept de genre (sexe social) par l'idéologie déréaliste (G. Devereux) des essais de Judith Butler, du déni de l'incarnation  sexuée de l'expérience humaine, comme formes nécessairement normatives (Canguilhem) de la vie, relayée en France par le mimétisme de  la sociologie disciplinarisée adossée à ces bastions institutionnels ou claniques qui contribuent à stériliser la créativité des sciences sociales depuis pour le dire vite et mais symboliquement fort, "1984".

 

  D'essence violemment oligarchique, (mondialiste ?),  l'obsession à la fois pansexualiste, épousant la chosification marchande et biologiste du sexe de  marché et de media (le révélateur déni de JB) et centro-lesbienne exclusive (le point aveugle de l'œuvre), comme  l'artificialité "constructiviste" absolue du  Butlerisme, radicalisent, sur fond de désouverainisation des peuples, la séparation des "so small words"(J. Deniot). Modalité profane des religions "hors sol" , les sectateurs d'une théorie du genre radicalisée s'opposant explicitement à tout l'héritage humain gagnent en intelligibilité d'être saisir sur fond d'une analyse globale de la mondialisation (G Bois, J Réault) comme l'un de ces  petits mondes post-intellectuels, post-artistes, etc., figés dans la "déconstruction" , la dite "French théorie" rebricolée par l'ethnocentrisme américain et accompagnant souvent dans la fiction d'une opposition, tous les effets culturels de la financiarisation du monde et de la vie même, à partir d'un centre (Braudel). Stériles et mimétiques  ils rompent contradictoirement,  tant avec l'héritage des grandes œuvres  civilisationnelles (philosophie, art, littérature..), qu'avec  l'expérience commune (ce combat théorique  et anthropologique du Lestamp) qui est, de facto, celle des peuples.

 

Les héritages de l'humanisation et l'expérience commune des peuple, (sauf l'alternative d'une mortifère décivilisation, dont de nombreux signes et actes  se manifestent déjà), sont certes d'abord matriciés par des  symbolisations de genre "binaires"(féminin masculin) constitutives basiques d'un ordre sociétal et humanisant viable, reconnaissant l'être sexué indépassable des sujets humains pour la pérennisation de l'humanisation comme de la subjectité même, ce tabou de la sociologie hégémonique heureusement en régression . Mais contradictoirement  quoique dans la nécessaire sociodiversité "post-babélienne", ils sont  toujours ouverts à l'ambivalence comme à une  multiplicité  anthropologique et historique de formes minoritaires socialisées ou polémiques du "genre", modèles d’inconduites "d'orientations sexuelles» multiples pouvant ainsi échapper à l'autisme, ou à de rampantes régressions et répression. En témoigne le délire contemporain qui prétend imposer une an-anthropologie d'inversion  qui met au centre ce fétiche oligarchique  de la mondialisation, les "minorités", triomphe de la souveraineté  du fantasme (P. Legendre) et destruction de la démocratie, sur le sens commun universel de l'humanité entière dans la totalité de son histoire.

 

 Le "Troisième genre" Inuit si magistralement décrit et conceptualisé dans un propos anthropologique totalisant et non déconstructeur, par Bernard Saladin d'Anglure, et restitué dans la genèse de sa pensée lors du colloque, en constitue une illustration lumineuse dont la Revue Mauss vient de s'honorer en  rééditant un de ses articles de référence.

Jean-Luc Giraud Trois phototypes pour 2013 détournés par Jacky Réault_

A l'orée de l'année 2013 deux hommes et une femme méditant au risque de leur raison, sur l'ainsi nommé "mariage pour tous". (Subversion de jr, pour ce titre) de trois phototypes de Jean-Luc Giraud.)

Jacky Réault n'engageant que lui-même.  1° juillet 2012

Je conviendrais bien volontiers que les femmes nous sont supérieures, si cela pouvait les dissuader de se prétendre nos égales. Sacha Guitry.

 

 

 

PETITE CHRONIQUE DE LA CHASSE, DITE FEMINISTE,

AUX SORCIERES

et

DES LISTES DE PROSCRIPTION AD HOMINES ET MULIERES

 

"7 - ANTIFEMINISME :

• "Des hommes, des femmes. Inerties et métamorphoses anthropologiques"
Colloque organisé par LESTAMP
Les jeudi 28 (14 heures), vendredi 29 et samedi 30 juin 2012 (Jusqu’à 13 heures)
université de Nantes, Amphithéâtre Jules Vallès
Comité scientifique d’orientation et de sélection :
Joëlle-Andrée Deniot, professeur des Universités, Nantes, anthropologie, ex. membre du CNU ;
Pierre Cam Maître de Conférence émérite, Nantes, Directeur de l’OVE, (droit, sociologie) ;
Claude Javeau, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles –sociologie ;
Bruno Lefebvre, professeur des Universités, LISE CNRS (anthropologie) ;
Antigone Mouchtouris, professeur des Universités (sociologie), Metz ;
Jacky Réault, agrégé d’histoire, ex .directeur du GIRI CNRS, Lestamp.
Présentation :


"Le triomphe du mot et d’une théorie du genre, passée d’une interrogation problématique du féminisme américain à un emploi sociologique quasi unanime sinon au statut de dogme sanctionné, étonne, ou pire, n’étonne plus. L’ analyse du sexe social, semble devenue institution d’une toute-puissance individuelle sur l ’« orientation sexuelle », les formes de vie, la génération, les corps même, alignés sur l’offre des techno-sciences chirurgicales et du marché. Réinterroger l’humanisation dans des catégories hommes / femmes matricielles de la langue, de l’esprit, de la parenté, de la culture, de l’art&hellip miroirs de l’altérité, semble désormais incongru sinon tabou. C’est l’objectif de ce colloque interdisciplinaire où le questionnement tant des sciences sociales et du droit que des pratiques et des identifications dans le présent et le passé des sociétés, accepterait la transversalité anthropologique."
(...)
"N’est-il pas étrange, que les sciences sociales si promptes à se poser en dénonciatrices des pouvoirs, des impositions normatives, ne s’inquiètent pas, voire concourent à un programme qui passe déjà à l’acte de rééducation de sociétés entières et du remodelage de la pensée des enfants interpellés hors de leur famille et de tout système de valeur transmis, comme si avant eux et hors d’eux il n’y avait eu que sauvagerie. Ce retour d’un Surveiller et punir, son obsession du sexe et des rapports de force, impose une ré-interrogation des enjeux tant juridico-politiques, qu’anthropologiques : Il y a, à l’inverse, dans la crise actuelle du monde, urgence à solliciter avec respect les hommes et les femmes réels, dans l’authenticité de leur représentation d’eux-mêmes et celle des modalités toujours à reconstruire de leurs relations et de leurs rapports ?
N’y a-t-il pas à réaffirmer au-delà de l’ubris déconstructiviste, des formes civilisationnelles, certains fondamentaux du sujet sexué - ce support naturel, symbolique, imaginaire, de l’altérité augurale – comme seule alternative encore humaine au narcissisme du même et à la clôture des ego ?"
(...)
http://www.lestamp.com/colloques/colloque.ete.lestamp.hommes.femmes.inerties.metamorphoses.htm

====

8 - PUBLICATIONS :

• Cahiers du Genre, "Les antiféminismes", 52 / 2012
Coordonné par Anne-Marie Devreux et Diane Lamoureux
Illustrant la dynamique des relations entre pays produisant des travaux féministes, ce numéro élaboré conjointement avec la revue québécoise Recherches féministes montre la variété des champs d’action des antiféministes et leurs stratégies pour tenter de faire taire les voix multiples des féminismes, en France et au Québec mais aussi au Vatican, au Mexique ou à Madagascar.
 euros. ISBN : 9782315003563"

Fédération de recherche sur le genre RING (FED 4120)
Bâtiment D - Salle 226
Université Paris 8
2 rue de la Liberté
93526 Saint-Denis - Cedex 02
- permanence tous les mardis -
01 49 40 73 49
genre.ring@univ-paris8.fr
http://www.univ-paris8.fr/RING7 -

 

 

 



Programme

 

antes - LESTAMP Espace Jules Vallès

(Tramway Médiathèque)

Des hommes des femmes

Inerties et métamorphoses anthropologiques

Jeudi 28 Juin 2012

-Accueil, 13 h 30

-Ouverture 13 h 45

Sexuations problématiques ?

13 h 50, 14 h 10, Pierre Cam, Droit, Sociologie, Université de Nantes,

La femme /sujet et objet de droit ? Hommes femmes et droit du travail au prisme d’une comparaison européenne

14 h 10, 14 h 30, Marc Chatellier, Sciences de l’éducation, Université de Nantes,

A l'école élémentaire - et  jusqu'à 8 ans - le « sujet-apprenant » n'est pas sexué

14 h 30 h 14 h 50, Olivier Benedetto, Sociologie Université de Nantes

 Les marins-pêcheurs et leurs femmes, entre pêche et maison quelle redéfinition de places ?

14 h 50, 15 h 15 Discussion - 15 h 15, 15 h 25, Interlude

15 h 25, 15 h 45, Carole Launai, Sociologie, Université de Nantes,

 De la modélisation masculine des femmes

15 h 45, 16 h 05, Pascal Fugier, Sociologie, Université Paris Diderot, Laboratoire de Changement Social. Portraits d'hommes et de femmes sociologues. Le sujet savant est-il un sujet sexué ?

16 h 05, 16 h 25, Bruno Lefebvre, Anthropologie Université de Nantes,

Entre deux mythes : transformisme et transsexualité

16 h 25 16 h 50 Discussion.

16 heures 55 Evacuation de la salle nécessairement achevée à 17 heures.

Vendredi 29 Juin 2012 matin

-Accueil, 9 h  

-Ouverture, régulation de la journée 9 h 15

Erotiques

9 h 25, 9 h 45, Anne Hélias, Sociologie Université de Paris V  Sorbonne, La passion comme modèle d'égalité entre les hommes et les femmes ? 

9 h 45, 10 h 10, Eléonor Sire I. E. P. de Lyon, Benoit Tellez, Sociologie, Civilisation américaine, Université François Rabelais Tours. Errance d’homme et figures féminines dans Le Bleu du Ciel de Georges Bataille

10 h 10, 10 h 30, Discussion 10 h 30, 10 h 45 Interlude

10 h 45 11 h 05,  Constantin Irodotou Philosophie Psychanalyse, Université de Paris VIII

 Le désir est-il historique ?

11 h 05, 11 h 25, Juliette Raynaud, Sciences de l’information et de la communication, CELSA, Paris Sorbonne, La représentation de la sexualité dans le discours de Brava for Women in the Arts, théâtre féministe à San Francisco

11 h 25 11 h 45 Discussion.________________________________________________

12 heures 14 heures déjeuner offert par le Lestamp à ses invités à quelques centaines de mêtres au N-0... ______________________________________________

Vendredi 29 Juin 2012 après-midi

Féminité à l’œuvre, féminité introuvable

14 h 10, 14 h 30, Antigone Mouchtouris, Sociologie, Université de Metz,

 Le féminin dans la cosmogonie grecque

14 h 30, 14 h 50, Maryam Borghée, Socio-anthropologie, GSRL CNRS,

Soumise ou souveraine ? la  figure des femmes en noir, Niqâb et post-féminisme

14 h 50, 15 h 10, Melchisedek Chétima Histoire, Anthropologie, Université Laval (Canada) Le chapeau de la maison est porté par la femme. Jeux de rôles à l’intérieur de la maison dans les monts Mandara du Cameroun

15 h 10, 15 h 40, Discussion, 15 h 40, 16 heures, Interlude

16 h, 16 h 20, Rodolphe Gozegba de Bombembe, Théologie, Faculté de Théologie Évangélique de Bangui (République Centrafricaine) Enjeux socio-éthiques du statut de la femme Ka’ba musulmane au nord de la Centre-Afrique

16 h 20, 16 h 40, Gildas Lescop, Sociologie, Universités de Nantes et de Picardie-Jules Verne (Amiens), "Docs, bretelles et porte-jarretelles : les filles dans le mouvement skinhead"

16 h 40, 17 h  Joëlle Deniot, Sociologie Université de Nantes  Paroles d’hommes, voix de femmes… l’écriture sexuée des chansons

17 heures 17 h 30, discussion,

17 h 30, Interlude de clôture de la journée

- Café, thé, Librairie  Vent d’Ouest présente exclusivement le vendredi 29

Samedi 30 Juin 2012 matinée et clôture

-Accueil, 9 h  

-Ouverture, régulation de la matinée 9 h 15

La théorie du « genre »  en question

 9 h 25, 9 h 45, Bernard Saladin d'Anglure, Anthropologie, Université Laval Canada,

 Repenser transversalement un système social de «genre», à la lumière du 3e sexe social inuit

9 h 45, 10 h 05, Josef Schovanec, Philosophie, EHES S-INALCO, Paris, 

 Les sources d'émulation ont-elles un genre ? Du féminin théologique aux pratiques cultuelles dans l'islam chiite duodécimain

10 h 05, 10 h 25, discussion, 10 h 25, 10 h 35, Interlude

10 h 35, 10 h 55, Hervé Toussaint Ondoua Philosophie, Université de Yaoundé Cameroun La déconstruction et la théorie du genre : une déconstruction nouvelle anthropologie médiatique

 10 h 55, 11 h 15,  Gérard Dehier Sociologie Université d’Angers,  Métamorphoses anthropologiques des hommes et des femmes, au lu de leurs relations respectives de l’expérience des camps nazis

11 h 15, 11 h 35, Jacky Réault Histoire Sociologie Université de Nantes

 Aux prismes  de « 1984 » et de la mondialisation : L’idéologie du genre ou le nouveau pays du mensonge déconcertant ?

11 h 35, 12 h 05, Discussion

12 h 05 12 h30 Discussion générale sur le colloque et ses horizons

–  12 h 30, Clôture

Appel à communiquer

pour un colloque se déroulant à Nantes Amphithéâtre Jules Vallès, les jeudi 28 (14 heures) vendredi 29 et samedi 30 juin 2012 (Jusqu'à 13 heures)

A l’invitation du LESTAMP

Des hommes, Des femmes

Inerties et métamorphoses anthropologiques

ARGUMENT

Le triomphe du mot puis d’une théorie du genre, passée d’une interrogation problématique du féminisme américain (1972) à un emploi sociologique quasi unanime sinon au statut de dogme sanctionné voire pénalisable, étonne, ou pire, n’étonne plus. Partant d’une analyse du sexe social dont le caractère novateur était tout relatif, on semble se diriger vers l’idée et l’institution de la toute puissance individuelle sur une « orientation  sexuelle »,  sur les formes de vie, la génération  et les corps même, alignés sur l’offre conjuguée des techno-sciences chirurgicales et du marché. Au point que réinterroger l’antique expérience de l’humanisation dans des catégories hommes/femmes qui se sont avérées matricielles de la langue, de l’esprit, de la parenté, de la culture, de l’art… en un mot, de l’apprentissage de l’altérité, semble désormais incongru pour ne pas dire tabou.

C’est l’objectif de ce colloque interdisciplinaire où le questionnement tant des sciences sociales et du droit que des pratiques et des identifications dans le présent et le passé des sociétés, accepterait la transversalité anthropologique voire philosophique.

 Soumission des projets, titre avant le 3 juin à 24 heures, résumé (mille signes) au 10 juin à 18 heures au plus tard.)

Les propositions de communications, autour de mille signes, sont à adresser avant le 3 juin conjointement à joelle.deniot@wanadoo.fr; jacky.reault@wanadoo.fr;  

______________________________________

DEVELOPPEMENT  N’est-il pas étrange, que les sciences sociales si promptes à se  poser en dénonciatrices des pouvoirs, des impositions normatives, ne s’inquiètent pas, voire concourent à un  programme qui passe déjà à l’acte de rééducation de sociétés entières et du remodelage de la pensée des enfants interpellés hors de leur famille et de tout système de valeur transmis, comme si avant eux et hors d’eux il n’y avait eu que sauvagerie. Ce retour d’un Surveiller et punir, son obsession du sexe et des rapports de force, impose une ré-interrogation des enjeux tant juridico-politiques,  qu’anthropologiques : Il y a, à l’inverse, dans la crise actuelle du monde, urgence à solliciter avec respect les hommes et les femmes réels, dans l’authenticité de leur représentation d’eux-mêmes et celle des modalités toujours à reconstruire de leurs relations et de leurs rapports ?

N’y a-t-il pas à réaffirmer au-delà de l’ubris déconstructiviste, des formes civilisationnelles, certains fondamentaux du sujet sexué - ce support naturel, symbolique, imaginaire, de l’altérité augurale – comme seule alternative encore humaine au narcissisme du même et à la clôture des ego ?

Peut-on rester dans l’anthropologie en refusant de hiérarchiser les nécessités fonctionnelles et fictionnelles de la pérennité de l’expérience humaine (G. Devereux), peut-on d’ailleurs rester humain en rêvant comme les tyrans fous de l’histoire à une trans humanité ? Peut-on imposer aux milliards d’hommes et de femmes des sociétés actuelles, une théorie et une sanction du genre qui prennent comme norme la si problématique exception transsexuelle ?

Les nœuds et délimitations du féminin et du masculin ne sont-ils pas toujours polémiques, toujours d’actualité et ce même si la thématique omniprésente de l’égalité des droits semble avoir balayé tout doute à ce propos ? Sans chercher à essentialiser des identités, le maintien d’une approche dialogique des façons sexuées de naître et d’être au monde comme sujet sensible, social, cognitif, créatif, ne reste-t-il pas toujours heuristique ? A vouloir au nom d’un souverain « construit social » gommer la différenciation masculin /féminin, n’est-ce pas, en particulier, toute la part refoulée de l’ambivalence de chacun, toute la part impensée de la féminité de l’espèce, la part minorée d’un féminin civilisationnel qui se trouve, ruse perverse de l’histoire, à nouveau mise hors logos - tant au point de vue des mœurs qu’au niveau de l’élaboration des savoirs - ?  L’infantilisation, la victimisation des femmes par la théorie hégémonique de la domination masculine (pour ne prendre que ce paradigme) ne va-t-elle pas en ce sens ?

Entre les deux modèles, celui de la femme-objet - où surfe notamment l’hyper-sexualisation décomplexée des très jeunes adolescentes - et celui de la masculinisation de tout comportement valorisable, quelle marge de jeu reste encore ouverte à l’expression, à l’expérience, à la stylisation d’une féminité inédite ? Á côté de la thèse reconnue d’une féminisation de la société, n’est-ce pas également celle d’une paradoxale et mutilante disparition de la féminité qu’il faut remettre au centre du débat ? Si ces deux mouvements de masculinisation et féminisation de la société existent bien, demandons-nous comment ils se manifestent, sur quel registre de tensions, de contradictions peut-on les observer. Cherchant à parer au danger, à l’injustice des statuts hiérarchisés entre hommes et femmes n’est-on pas en train de nourrir secrètement l’autre menace : celle de l’effacement de l’irréductible différend entre les sexes, vecteur d’une perte de l’humain, désymbolisé dans l’indifférenciation et l’homogène. Au regard de l’ébranlement historique des identifications sexuées, quelles sont les mutations positives de la masculinité et de la féminité qui ont pu, qui peuvent, qui pourraient perdurer ou voir le jour ? Sur quels terrains, en quelles pratiques émergent des métamorphoses ? Fait nouveau, sidérant de la mondialisation et de ses oligarchies, comment ces réappropriations identitaires de temps long, ces acculturations lentes à résonnances intimes se retrouvent-elles sous injonction totalitaire d’un biopouvoir - relayé par les sciences sociales - de refaire en toute immodestie, un « humain nouveau » en rupture totale, délirante avec le sens commun de l’humanisation, en l’occurrence la raison ? (P. Legendre)

Malgré l’inflation des discours désormais convenus sur le genre, ce colloque se donne l’ambition de débattre le plus librement possible des thématiques suivantes qui ne sont données là qu’à titre indicatif :

-        Souveraineté de l’ascendance (de la famille), de l’Etat, ou d’appareils privés oligarchiques sur la socialisation sexuée de l’enfance.

-        Une féminité non victimaire (figures du passé, figures du présent)

-        Maintien ou transformations de modèles idéaux de l’être masculin.

-        Groupes sociaux, cultures masculines cultures féminines

-        Transformisme et idéologie du transsexualisme

-        Logiques sociales, juridiques, de l’égalité abstraite

-        Féminin masculin dans l’art, la science, la religion…

-        Sciences sociales, sexuation et diffusion centrale mondialisée d’un nouveau totalitarisme

 

Le 2 mai 2012, Joëlle-Andrée Deniot professeur à l’Université de Nantes, Jacky Réault Lestamp

 

____________________________________________________

Note de lecture  envoyée à Book-google à propos de Georges Devereux en prélude aux travaux du colloque au printemps 2012

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

 
Avis d'utilisateur -

Des Hommes Des Femmes, inerties et métamorphoses anthropologiuques.., notre relecture de Femmes et mythes prélude au colloque du Lestamp Nantes 28-30 juin 2012. C'est le livre savant le plus courageux jamais écrit par un anthropologue, des dérives de l'esprit humain sur une possible ou réelle dédifférenciation des sexes, sur le féminisme niveleur, le transexualisme boucher bien qu'il n'en éprouvât que les prodromes. C'est un maître livre à côté du P. Legendre (De la société comme texte), pour résister à la "débandade de la raison" active dans l'idéologie du genre (qu'il pressent avant la lettre), l'homosexualisme dont il a montré l’abusive annexion de la pseudo homosexualité grecque, cette sublimation éducative de la sexualité prégénitale exaltant la créativité de l'adolescence clé du « miracle grec ». Il induit d'une vaste culture de ses mythes sa thèse de la nécessité d'une contrainte sociale pour que hommes et femmes acceptent leur altérité réciproque en vivant une génitalité sublimée en amour, et ainsi concevoir, fondant à la fois l'humanisation différenciée des enfants, de leur société et sa possibilité de survie. (Ethnopsychanalyse complémentariste Flammarion). La valorisation sociale indifférenciée de l’omoios, le même, dans l’homosex, avec l’altérité éprouvée entre sexes, rejoint d''une façon (grosse de haine) le désir mimétique de R Girard qu'il ignore, au risque de la désymbolisation, de la déshumanisation de l'espèce réduite à la parthénogénèse fantasme montant, de la désindividuation des adultes, du délitement de l'altérité dont le concert sexué est matrice essentielle d'une éducation "normale". A l'encontre du relativisme absolu il a démontré la nécessité anthropologique du concept de normalité, in Essais d'ethnopsychiatrie générale, Gallimard, son chef d’oeuvre. Il éclaircit, dans Femmes et mythes (à compléter par Baubo," La vulve mythique"), la vérité (en la situation infantile universelle) et la mystification (comme projection idéologique pseudo savante d'un désir d'inversion aliénée) d'un matriarcat primitif. Le plus sidérant, relativement à l'interdit de parole qui règne de nos jours sur la nécessité anthropologique de la sexuation, est sa condamnation sans appel d'un féminisme, nivelant au nom du « droit ». Personne n'a été aussi loin, voire n’oserait quand triomphe le libéralisme délirant en la "souveraineté du fantasme" dans le domaine des formes de vie liées à la mondialisation :"Le droit est le masque impersonnel de la haine globalisante, alors que la justice est la substance même de l'amour différencié. Le Mouvement de libération des femmes, qui prétend être en quête de droit, ne trouvera que l'injustice et l'anéantissement de la femme - et de l'homme aussi. La justice envers soi-même s'acquiert à travers celle que l'on accorde à l'autre avec amour". Son introduction reste un rempart à la contemporain barbarie de la toute puissance, d’une humanité, -dit-il-, nous dirions en 2012, d'oligarchies vautrées dans le nihilisme d'une culture vidée du sens, qui ne s'orienterait qu'entre la technologie, le marché (sans sol), et l’antihumanisme. La toute puissance ("ubris") sur les formes de vie et d'engendrement d'humains, la fabrique de son sexe comme une vulgaire prothèse, sans parler de l'avortement eugéniste virtuellement racial et l’euthanasie (achèvement "doux" du national-socialisme?), sont pour nous l'expression du processus même de la mondialisation dans l'ordre la grande déculturation et du déni de la vie. G Devereux ne pouvait nommer tout cela mais il en balise les prémisses. Est-il "daté" ou prophète ?. Jacky Réault Lestamp, UPJV Amiens, Univ. de Nantes. Dernier livre avec J Deniot, Eros et société.Lestamp Février 2012 Nantes.

 

 

_____________________________________________________________
 
 


LIENS D'INFORMATION
 

Formation formateur professionnel   I   Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants   I  Gestion du temps   I  Formation ressources humaines   I  Gestion stress
Formation coaching   I  Conduite de réunion  I  Gestion des conflits   I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I   Ingénierie de formation   I   Outplacement   I   Ressources Humaines
Prise de parole  I  Orientation professionnelle  I  Devenir consultant  I  Bilan des compétences  I  Certification formateurs   I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing
Création site internet    I    Référencement internet    I   Rédiger une offre internet   I  Coaching   I  Gestion de projets e-business   I  Droit des nouvelles technologies   I   Intelligence stratégique
Négocier en position de force   I   Conduite des changements   I   Négocier en position de force   I  Management de la qualité   I   Management et performances    I   Développement personnel
Intelligence émotionnelle  I  Prise de parole en public    I   
Conduite des entretiens    I    Gestion des carrières    I    Prospection commerciale   I   Formation vente   I   Management commercial
Négociation commerciale I Responsable formation  I  Knowledge management  I  Formation leadership  I  Recrutement consultant  I Gestion de projet internet  I 
Direction ressources humaines
Formation devenir consultant  I  Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Formation marketing internet   I   Internet management   I   Stratégies internet   I  Manager
commercial
   I 
Information et communication  I  Stratégie communication  I  Communication entreprise   I  Stratégie de communication  I  Communication interne   I    Formation commerciale
Conduite du changement    I    Ressources humaines    I   
Force de vente   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Management des connaissances  I  Performance
management
  I  Formation manager  I  Manager  I 
Métier consultant   I  Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web  I  Chef de projet internet   I   Vendre sur internet
 
 

© Lca Performances Ltd