>Equipe Lestamp Fiches individuelle des Membres
Université de Nantes sociologie  Colloque Sociétés de la Mondialisation
 

Cliquer sur l'image...

 
Université de Nantes Sociologie
 
Prolétarisation des mondes ouvriers
Nantes L'excès-la-ville Histoire Sociologie
Le rire de Norma Jean Baker Marylin 2012
Hommage à C Leneveu.-Il n'est pas besoin..
A so small world : interdit sociologique
Traces et contrastes du décor populaire
Variations anthropologiques
Hommage C Leneveu-Le poids la perte des mots
Les ouvriers des chanson
L'envers du décor : les peuples de l'art
Les ouvriers Nazairiens ou la double vie
Parlers ouvriers, parlers populaires
Corps et imaginaire dans la chanson réaliste
Apocalypse à Manhattan
Du commun, Critique de sociologie politique
Des cultures populaires
Odyssée du sujet dans les sciences sociales
Espaces-Temps Territoires/réseaux
ebook Bilan réflexif Itinéraires Sces sociales
Rapport à l'écriture
Sciences sociales et humanités
Un "art" contre-culturel, la rave..
Le temps incertain du goût musical
 
 
Les peuples de l'art
French popular music
Libre prétexte
De Bretagne et d'ailleurs
Eros et société Lestamp-Edition 2012
Des identités aux cultures
The societies of globalisation
Changements sociaux/culturels ds l'Ouest
Saint-Nazaire et la construction navale
L'ouest bouge-t-il ?
Crises et Métamorphoses ouvrières
Usine et coopération ouvrière
Transformation des cultures techniques
E Piaf La voix le geste l'icône-Anthropologie
La CGT en Bretagne, un centenaire
Espaces Temps & Territoires Lestamp-Ed.

Corpographie-Edit.originale intégrale
 
    __________________

Evenements Annonces Reportages

____________________
 
25, Boulevard Van Iseghem
44000 - NANTES
Tél. :
Fax :
02 40 74 63 35, 06 88 54 77 34
02 40 73 16 62
lestamp@lestamp.com

  > Newsletter lestamp  
 

www.sociologiecultures.com Découvrez des synthèses portant sur des thèmes de la sociologie et du développement des cultures populaires, de l'esthétique de la chanson, des connaissances appliquées. Des tribunes s'engageant sur le rapport de l'anthropologie fondamentale des sociétés et des politiques aux sciences sociales, des liens vers des sites web de référence. Si vous voulez les télécharger en vous abonnant, Lestamp-copyright. cliquez ici.

 
 

Galerie Delta Paris 7 09 2012 J A Deniot M Petit-Choubrac,J Réault  L Danchin, J L Giraudtous édités au  Lelivredart

 
Sociologie Nantes

 

Joëlle Deniot Professeur de sociologie à l'Université de Nantes - Habiter-Pips,  EA 4287 - Université de Picardie Jules Verne - Amiens Membre nommée du CNU Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp-Edition 2009

 
Sciences sociales et humanités Joëlle Deniot et Jacky Réault : colloque l'Eté du Lestamp avec HABITER-PIPS Université de Picardie Jules Verne.

Université de Picardie Jules Verne- LESTAMP, Amiens H-P Itinétaires de recherche à l'initiative de Jacky Réault

Joëlle Deniot et Jacky Réault Etats d'arts Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp--Edition 2008



 Joëlle Deniot Jacky Réault 2006 Invention de l'Eté du Lestamp devenu Colloque du Lieu commun des sciences sociales

 
 
Prise de parole en public
Gestion des connaissances KM
Gestion des conflits
Bilan professionnel
Ingénierie de formation
Certification des formateurs
Préparation au concours
Orientation professionnelle
Formation au management public
Conduite de réunions participatives
Gestion du stress au travail
Management de projet
Réussir la prise de poste
Formation coaching de progression
Conduite du changement
Université de Nantes Sociologi eJ Deniot J Réault  CDrom The societies of the globalization Paris LCA 2007

Nantes sociologie

Pour un écosystème réel et virtuel des social scientists  et des sites ouverts à un lieu commun des sciences sociales et à la multiréférentialité

Revues en lignes,

-Pour un lieu commun des sciences sociales

 www.sociologie-cultures.com  

-Mycelium (Jean-Luc Giraud, Laurent Danchin=, Cliquer pour découvrir les nouveautés de septembre 2012

-Interrogations

http://www.revue-interrogations.org/actualite.php?ID=95li

Cliquez sur l'image pour accéder au film sur Youtube Joëlle Deniot. Edith PIAF. La voix, le geste, l'icône. de ambrosiette (Jean Luc Giraud sur une prise de vue de Léonard Delmaire

 

 




 

Tradition locale et marché global : le travail de la céramique[1] dans les Pouilles au sud de l'Italie[2]


 
Eugenio IMBRIANI
Università degli Studi di Lecce Docente di Antropologia culturale Facoltà di Scienze della formazione Dipartimento di Scienze sociali e della comunicazione
Droits de reproduction et de diffusion réservés © LESTAMP - 2005
Dépôt Légal Bibliothèque Nationale de France N°20050127-4889

 

Dans les Pouilles, le travail de l'argile et la production de terre-cuite ont une histoire très longue: ceci dépend fondamentalement de la présence de matière première dans le sous-sol et de la facilité de son repérage et de son extraction. Pendant des siècles, cette activité a intéressé de manière particulière de nombreuses localités de la région, du nord au sud de celle-ci, dans des zones qui l'ont favorisée par leurs caractéristiques environnementales: environnements dans lesquels il était facile de trouver l'eau, indispensable soit dans les phases d'épuration de l'argile, soit lors du modelage, ainsi que le combustible naturel pour les fourneaux.

Les témoignages provenant des siècles passés, en particulier relatifs aux XVIIIème et XIXème et à une bonne partie du XXème, parlent de communautés presque entièrement occupées dans le travail de la terre-cuite. Cette forme d'artisanat se configurait, pour ainsi dire, comme une "forme de vie" qui caractérisait fortement la communauté même. Le repérage et l'extraction de l'argile étaient essentiellement réservés aux paysans, experts pour reconnaître les différentes qualités de terre, et aux puisatiers. Des mines à ciel ouvert auraient pu être exploitées intensivement, mais afin de ne pas dégrader la superficie du terrain destinée à l'agriculture, les mineurs s'aventuraient plutôt dans des galeries souterraines. Les mottes de terre extraites étaient transportées sur des charrettes et déchargées devant les ateliers, puis laissées sécher et émiettées. Les fragments plus petits étaient réduits en poudre avec un léger marteau de bois puis passés au tamis, cela servait comme ajout à l'argile trop humide. Les restes servaient à renforcer le crépis des parois internes du four.

L'argile était donc laissée à décanter dans des bassines pleines d'eau, puis battue avec les pieds, renettoyée des résidus (sable, pierre, fossiles) et enfin travaillée à la main jusqu'à la réalisation des pains à modeler sur le tour.

La production était extrêmement variée dans la forme, la dimension et la fonction, mais les artisans se spécialisaient dans la réalisation de grands conteneurs, pour huile et vin, de tuiles, vases, canalisations, lanternes, de céramique adaptée à la cuisson des aliments, ou enfin, d'objets décorés et plus raffinés comme des cruches et des plats. La préparation des émaux et du vernissage pouvait également se dérouler dans les ateliers. Les matériaux employés dans l'élaboration ne se trouvaient pas tous sur place, et beaucoup d'entre eux provenaient de l'extérieur: le précieux Kaolin de la Calabre, par exemple, et quelques minerais adaptés à la réalisation des couleurs: l'histoire des faits culturels est toujours une histoire de contacts, échanges, petits et grands changements, spécialement dans les Pouilles, région de frontière, de points d'accès et de départs. Reste le fait que les conditions nécessaires au déroulement de cette activité étaient offertes par le territoire et variablement exploitées.

La cuisson se déroulait dans les fourneaux situés à l'intérieur des ateliers. Le fourneau représentait toujours un pari, dans la mesure où il était assez difficile de prévoir les effets que le feu vif ou les éventuels déplacements et chutes pouvaient causer sur les objets empilés. Ceux-ci étaient, ensuite, testés un par un avec les jointures des doigts du potier qui pouvait vérifier, au son qu'ils émettaient, l'existence ou non de fissures invisibles. A chaque fourneau était assigné le nom d'un saint, habituellement une des références à la Madone (Marie des Grâces, de la Miséricorde), et une ultérieure protection était recherchée dans les prières et les conjurations.

Venons-en à présent à Grottaglie, la ville considérée comme la capitale de la terre-cuite dans les Pouilles, unique de la région à pouvoir se parer de la reconnaissance officielle de "Ville de la céramique". Le titre est conféré à 28 villes italiennes reconnues pour une tradition affirmée de la céramique au regard de la loi 188 de 1990. Celles-ci ont constitué l'Association Italienne des Villes de la Céramique. Grottaglie (du Département de Tarente) est une ville d'environ 35000 habitants située sur un col traversé par des fissures si profondes qu'elles ont créé des gorges dans la roche. Les grottes creusées dans les parois de ces gorges ont accueilli, à l'époque médiévale, les premières habitations, et l'une d'elles, dénommée San Giorgio, où se situe aujourd'hui le Quartier des céramiques ou des cheminées, présente une singulière concentration de l'activité de céramique, probablement grâce au fait qu'un cours d'eau coulait au fond. Les descriptions antiques de la ville évoquent des cheminées fumant en permanence, jusqu'à noircir les parois du château du dessus et obscurcir constamment le ciel, des lueurs de fourneaux visibles la nuit, d'une foule de gens occupés à vivre et travailler dans les grottes: il est aisé de penser à une sorte d'avant-poste de l'enfer.

Si Grottaglie, à l'époque récente, a réussi à dépasser la crise qui a frappé la production de terre-cuite dans beaucoup de localités où elle était fortement attestée, et à affronter la concurrence des nouveaux matériaux, ce fut probablement grâce à sa capacité à développer une production particulièrement raffinée, parallèlement aux traditionnels ustensiles, qui a permis aux artisans de conserver et de se ménager une place sur les différents marchés, mais également à l'actualisation des technologies et à l'amélioration des conditions de travail: et, à ce propos, le rôle de l'Ecole Royale de Céramique, instituée en 1887, et du laboratoire annexe, a certainement été important. De nombreuses fois il est arrivé que le conflit entre l'innovation et les techniques traditionnelles fasse disparaître des activités, dans ce cas au contraire la transition a été secondée et guidée, et la présence à Grottaglie de l'Institut Etatique d'Art, en continuité avec les objectifs de la vieille Ecole Royale, atteste de l'importance de son rôle joué depuis plus d'un siècle.

Depuis au moins trente ans, en effet, la situation jusqu'à présent décrite a radicalement changé. Dans les ateliers, l'argile arrive, de la Toscane, nettoyée et confectionnée, prête pour le modelage. Les phases préliminaires exposées plus haut ont donc simplement été supprimées mais également beaucoup de celles successives, à vrai dire. Il suffit de penser à la cuisson qui se déroule, désormais, dans des fourneaux électriques. Dans ces conditions, de larges espaces s'ouvrent à présent à l'expression artistique et au goût décoratif, mais la localité de l'objet, attribut qui a acquis toujours plus de valeur dans les dernières années, demeure, de temps à autre, à réaffirmer au travers de stratagèmes et autres instruments persuasifs.

Les vieilles mines étant abandonnées, la terre est réservé aux paysans qui produisent une variété très appréciée de raisins de table, autre voie importante dans l'économie de cette localité. Les ustensiles rustiques, spécialement de grandes dimensions, sont désormais désuets et ne constituent certes pas une voie importante de l'artisanat actuel du potier. Le cycle de la transformation de l'argile s'est, pour ainsi dire, raccourci, dans la mesure où quelques anneaux de la chaîne ont sauté et avec ceux-ci tant d'efforts, tant de risques et de peurs, tandis que la phase de commercialisation des produits peut se déployer un peu plus. Cependant, à ces éléments de discontinuité par rapport au passé coexistent une série de mesures qui soulignent de forts traits de continuité et signalent la spécificité culturelle du lieu. Parmi ceux-ci le plus important se trouve être la conservation du quartier des céramiques où il a toujours été, c'est-à-dire dans la gorge qui se dénoue sous le château, ainsi que les boutiques extraites des grottes, partiellement nettoyées de la fumée noire qui a sali les voûtes et les parois, tout en conservant les couloirs dans lesquels on reconnaît les espaces destinés aux cheminées antiques.

Traces opportunément laissées découvertes qui font entrevoir la vieille antichambre de l'enfer dont on parlait plus haut, tandis que les fourneaux électriques aseptisés n'émettent même pas un filet de fumée. Ces environnements pleins d'objets accueillent pendant un temps une exposition au public en organisant une vente tout en présentant également les ateliers: les artisans se montrent eux-mêmes au travail pendant le modelage au tour ainsi que lors de la décoration. Les objets prennent forme sous leurs mains savantes d'une technique apprise et transmise que l'on peut observer jusque dans la phase de séchage et pas seulement comme produits finis. Une offre globale et articulée est ainsi présentée aux visiteurs et touristes qui, spécialement dans la saison estivale, affluent dans le quartier: l'histoire racontant comment cette pratique est arrivée jusqu'ici, le théâtre dans lequel l'histoire s'est déroulée, les protagonistes à l'action, avec paiement par carte de crédit, services de ventes à l'étranger, informations à travers les sites Internet des magasins isolés en plus de celui officiel de la Municipalité.

Dans cette œuvre de retissage du présent et du passé, le Musée local de la céramique, institué à la fin de 1999 et splendidement aménagé dans le château du XIVème siècle, accomplit à présent un rôle fondamental. Depuis sa naissance, deux objectifs essentiels, qui transparaissent dans les paroles de la directrice, se sont posés: celui de reconstruire l'histoire de l'art potier grottagliais et celui d'éviter l'émiettement et le démembrement auxquels semblait destiné ce très important patrimoine artistico-culturel. Le dispositif d'exposition, avec le choix de l'ordre chronologique, rend évident la finalité de présenter un parcours non discontinu de l'art céramique local.

Le passé sert à justifier le présent et devient lui-même marchandise, dans la mesure où, d'une certaine manière, il est vendu avec le produit et offert à un public très vaste, souvent venu de loin. Tout l'ensemble du passé ne s'avère pas utile pour autant, mais une simple portion est nécessaire à la constitution d'une corniche dans laquelle insérer l'activité actuelle, afin de représenter une ligne de continuité avec des pratiques en réalité disparues et de servir de support à la particularité locale de production de céramique, autrement indémontrable.


e mail:

imbriani@ateneo.unile.it
imbriani@sesia.unile.it

[1] Le terme d'origine, "lavorazione", suggère davantage les différentes phases d'élaboration et de préparation que le simple terme de "travail" qui ne le sous-tend qu'à des degrés bien en-deçà. Mais celui-ci demeure pourtant plus proche que celui de "élaboration" qui fait perdre le caractère artisanal de l'activité. Celle-ci intègre, en effet, non seulement la préparation et l'élaboration mais également la recherche des matériaux ainsi que la commercialisation du produit fini (N.d.T.).

[2] Traduction: Sébastien Froin. Contact: sfroin@yahoo.com.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © LESTAMP - 2005
Dépôt Légal Bibliothèque Nationale de France N°20050127-4889

 
 
_____________________________________




 
 
 


LIENS D'INFORMATION
 

Formation de formateur   I   Formation communication   I   Formation management   I   Formation consultants   I  Gestion du temps   I   Bilan des compétences    I  Art   I   Ressources humaines
Formation gestion stress  I  Formation coaching   I  Conduite de réunion   I   Gestion des conflits   I  Ingénierie de formation  I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements  I   Outplacement
Formation Ressources Humaines    I    Prise de parole en public    I    Certification formateurs    I   Orientation professionnelle    I   Devenir consultant    I  Sociologie de culture   I  Master culture
Formation management    I  Info culture   I   Lca consultants    I  
Formation de formateur   I   Formation gestion conflit    I   Formation communication   I   Formation coaching    I  Gestion stress
Ressources humaines   I   Formation management   I   Conduite réunion  I   Formation consultants   I  Gestion du temps  I  Devenir formateur   I   Certification formateurs   I  Formation coaching
Consultant indépendant  I  Ingénierie de formation  I  Bilan de personnalité  I  Bilan de compétence  I  Évaluation manager 360°  I  Coaching de progression  I  Stratégies internet E-commerce
Management internet marketing    I    Création site internet     I    Référencement internet    I    Rédiger une offre internet    I   Gestion de projets e-business    I   Droit des nouvelles technologies
Intelligence stratégique    I   Négocier en position de force    I    Conduite des changements    I    Management de la qualité     I    Orientation professionnelle    I    Gestion ressources humaines 
Ingénierie de formation     I     Gestion des conflits      I     Management et performances      I     Communiquer pour convaincre     I    Développement personnel     I     Intelligence émotionnelle
Prise de parole en public  I 
Gestion stress Conduite de réunion  I  Gestion du temps  I  Conduite des entretiens  I  Réussir sa gestion carrière  I  Formation leadership  I  Recrutement consultants
Communiquer pour convaincre  I  Prospection commerciale   I  
Coaching commercial  I  Formation vente   I  Management commercial   I  Négociation commerciale   I   Responsable formation
Knowledge management    I    Gestion de projet internet   I Toutes les formations LCA  
I   Formation consultant  I   Formation formateur   I   Colloque odyssée du sujet dans le sciences sociales
Statuts lestamp   I   Publications lestamp   I   Art, cultures et sociétés  I  Partenariat lestamp  I  Newsletter lestamp  I  Livre libre prétexte  I  Livre les peuples de l'art  I  Livre french popular music
Livre éros et société   I   Livre des identités aux cultures  I  Livre de Bretagne et d'ailleurs  I  Libre opinion  I  Page d'accueil index  I  Formation continue  I  Equipe lestamp  I  Décors populaires
Contact lestamp   I   Conférences lestamp   I   Conditions générales lestamp  I  Sciences sociales et humanités  I  Charte confidentialité lestamp  I  Articles  I  Article variations anthropologiques
Article traces et contrastes  I  Article rapport à l'écriture  I  Article parler ouvriers  I  Article ouvriers des chansons  I  Article ouvriers de Saint-Nazaire  I Article odyssée du sujet  I  Le rire de Norma
Article le poids la perte des mots   I   Article la prolétarisation du monde ouvrier   I  Article Nantes ville  I  Article interdit sociologique  I  Article envers du décor  I  Article des cultures populaires
Article critique de la sociologie politique   I   Article la chanson réaliste   I   Article chanson comme écriture   I   Article apocalypse à Manhattan   I   Appel à contribution   I  Adhésion à lestamp
Décor populaire   I  Publications les sociétés de la mondialisation   I   Intervenants au colloque les sociétés de la mondialisation   I  Colloque acculturations populaires  I  Colloque bilan réflexif
Colloque chanson réaliste   I   Colloque états d'art   I   Colloque chemins de traverse   I   Colloque des identités aux cultures   I  Colloque éros et société  I  Colloque espaces, temps et territoires
Colloque science fiction, sciences sociales   I   Colloque les peuples de l'art   I   Colloque nommer l'amour   I   Colloque odyssée du sujet dans le sciences sociales  I  Colloque sciences sociales
Colloque les sociétés de la mondialisation Colloque une vie, une ville, un monde  I  Article hommage à Claude Leneveu  I  Article Nantes identification  I  Article prolétarisation Jacky Réault
 
 

© Lca Performances Ltd