>Equipe Lestamp Fiches Membres  

Sociologie du travail : Colloque Sociétés de la Mondialisation

Université de Nantes Sociologie
 
Prolétarisation des mondes ouvriers
Nantes L'excès-la-ville Histoire Sociologie
Le rire de Norma Jean Baker Marylin 2012
Hommage à C Leneveu David Morin-U.
A so small world : interdit sociologique
Traces et contrastes du décor populaire
Variations anthropologiques
 Ethos de la juste mesure
Les ouvriers des chanson
L'envers du décor : les peuples de l'art
Les ouvriers Nazairiens ou la double vie
Parlers ouvriers, parlers populaires
Corps et imaginaire dans la chanson réaliste
Apocalypse à Manhattan
Du commun, Critique de sociologie politique
Des cultures populaires
Odyssée du sujet dans les sciences sociales
Espaces-Temps Territoires/réseaux
Corpographie d'une voix Ed. Piaf intégrale
Rapport à l'écriture
Sciences sociales et humanités
Le parcours du doctorant -Coll. la Normalité
Le temps incertain du goût musical
Hommage C Leneveu-J. Deniot
Chanson comme écriture de l'effusion
 
Les peuples de l'art
French popular music
Libre prétexte
De Bretagne et d'ailleurs
Eros et société Lestamp-Edition 2012
Des identités aux cultures
The societies of globalisation
Ouvriers de l'ouest, L'ouest bouge-t-il ?
Saint-Nazaire et la construction navale
Crises et Métamorphoses ouvrières
Usine et coopération ouvrière
Transformation des cultures techniques
E Piaf La voix le geste l'icône-Anthropologie
La CGT en Bretagne, un centenaire
Espaces Temps & Territoires Lestamp-Ed.

Le Bel ordinaire J.Deniot critiques&CR
Actualité de la pensée grecque

Bilan réflexif Itinéraires Sciences sociales
Eros et Liberté Le Manuscrit

Le genre et l'effroi de Judith  Butler

 

  Les métiers ouvriers J Deniot

 

 L'Odyssée du sujet en Sces  Sociales

_______________

 EVENEMENTS LESTAMP

cliquez

 

Une voix  Piaf

 J A Deniot à la BNF

avril  août 2015

_______

Dernières parutions 2014

 

Eros et liberté Paris, Le Manuscrit 28 juillet 2014

 

Le genre et l'effroi d'après Judith Butler

 par J-A DENIOT. Nantes Lestamp

 

J.REAULT, De N Poulantzas à C Castoriadis, deux ponctuations grecques d'un itinéraire sociologique in Christias et Mouchtouris (éd.) Actualité de la pensée grecque. Paris Le Manuscrit 2014.

_________

  Tribunes et Critiques

Lisez

Claude Javeau à propos de J-A Deniot, Edith Piaf...

Castoriadis, lu par Lambros Couloubaritsis et Jacky Réault (Cliquer).

___________

-Tribunes et News

cliquez

-Chile un pais brutalmente enfermo. Rodrigo PAZ 

- Rupture écologique  sur le front des  manipulations de l'humain (PMA, GPA) ?

-Des intellos et même des sociologues décrochent sur la GPA, Barbarie de notre temps.

 

- Jean Blaise au Ministère : Call me TINA. Avril 2014

 
 
25, Boulevard Van Iseghem
44000 - NANTES
Tél. :
Fax :
02 40 74 63 35, 06 88 54 77 34
02 40 73 16 62
lestamp@lestamp.com

  > Newsletter lestamp  
 

www.sociologiecultures.com Découvrez des synthèses portant sur des thèmes de la sociologie et du développement des cultures populaires, de l'esthétique de la chanson, des connaissances appliquées. Des tribunes s'engageant sur le rapport de l'anthropologie fondamentale des sociétés et des politiques aux sciences sociales, des liens vers des sites web de référence. Si vous voulez les télécharger en vous abonnant, Lestamp-copyright. cliquez ici.

 
 
 
 

 

Joëlle Deniot Professeur de sociologie à l'Université de Nantes - Habiter-Pips,  EA 4287 - Université de Picardie Jules Verne - Amiens Membre nommée du CNU Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp-Edition 2009

 
Sciences sociales et humanités Joëlle Deniot et Jacky Réault : colloque l'Eté du Lestamp avec HABITER-PIPS Université de Picardie Jules Verne.

Journée d'étude de l'axe III Amiens H-P Itinétaires de recherche à l'initiative de Jacky Réault

Joëlle Deniot et Jacky Réault Etats d'arts Affiche de Joëlle Deniot copyright Lestamp--Edition 2008



 Joëlle Deniot Jacky Réault 2006 Invention de l'Eté du Lestamp devenu Colloque du Lieu commun des sciences sociales

 
 
Prise de parole en public
Gestion des connaissances KM
Gestion des conflits
Bilan professionnel
Ingénierie de formation
Certification des formateurs
Préparation au concours
Orientation professionnelle
Formation au management public
Conduite de réunions participatives
Gestion du stress au travail
Management de projet
Réussir la prise de poste
Formation coaching de progression
Conduite du changement
 



 

 
 
Prise de parole en public
Gestion des connaissances KM
Gestion des conflits
Bilan professionnel
Ingénierie de formation
Certification des formateurs
Préparation au concours
Orientation professionnelle
Formation au management public
Conduite de réunions participatives
Gestion du stress au travail
Management de projet
Réussir la prise de poste
Formation coaching de progression
Conduite du changement
 
 

 

PROLÉGOMÈNES A UNE HYPOTHÉTIQUE  CLINIQUE 

DE LA VIOLENCE SEXUELLE

(inédit) 

 

dernière mise à jour le 28 février 2018

 Yves GERIN 

Psychologue clinicien Docteur en psychologie 

 

Laboratoire Habiter-Pips, UPJV Amiens 2007-2012 

 

 

 

        Toute réflexion portant sur la prise en charge, pénale et post pénale, du sujet agresseur sexuel suppose l’analyse d’une réalité clinique particulièrement complexe, aux multiples aspects intriqués, en rapport aussi bien à une clinique du social que du sujet concerné. L'angoisse, sinon la panique sont présentes. Les frontières disciplinaires classiques sont moins affirmées  et d'analyser une sensibilité collective exacerbée ou on retiendra la notion d’un malaise et d’une crise morale relative, par hypothèse, au malaise sexuel. La perception sociale du crime sexuel, du pervers et du déviant, engage ainsi le  rapport à une improbable sexualité normale, à la société, à l’inconscient, à l’insupportable et à la  mort. Victimisation et criminalisation s’imposent. Impliquent une psychopathologie du traumatisme et de la violence.

   L'injonction de la double peine  de l'embrasement médiatique      voire judiciaire : Honte et pénalisation sans retour

 

   Toujours s’impose un traitement pénal et répressif. Celui-ci impose des pratiques, la formalisation de peines dont la rigueur parait s’accentuer. Celles-ci acquièrent un statut hybride puisque associant  répression et soin. L’identité du sujet restant déterminée par des normes, règles et institutions accordées à des techniques d’enfermement, de mortification et de soin. On fera ici, évidemment, référence aux travaux de M. Foucault analysant la dialectique “Punir et soigner”(1) ainsi qu’à la dénonciation, par C.O. Doron d’une idéologie thérapeutique. (2)

 

  Toute prise en charge individualisée nous conduira ainsi à des impasses ou contradictions ou l’on pourra identifier l’aspect collectif, anthropologique, incarné par un sujet, l’observation concrète d’un sujet transgressif appelé à assumer ses responsabilités, effectuer sa peine en milieu carcéral, puis se soumettre au soin et donc à la médecine. Devenu avant tout  sujet de l’opprobre et de la honte, l’agresseur sexuel associe sexualité, violence, malaise, autant d’éléments quasiment impossibles à pleinement  intégrer dans une clinique de la singularité criminelle. Rendu, par exemple pour le pédophile ou le violeur, l’assassin pervers, à l’idée de crime absolu, le crime incarne l’expression, outrée, scandaleuse, exacerbée, de l’ultime d’une sexualité envahie par la pulsion de destruction, de mort. Toujours fait psychique, l’agression sexuelle devient, dans la conjoncture d’une “dictature de l’émotion”,(3) l’argument ou des praticiens seront confrontés à la nécessité de décrypter l’identité, psychosociale, négative d’un sujet pénalement et socialement condamné dans l'irrévocable. Un travail ou il conviendra de subvertir tout réductionnisme limitant un projet d’écoute soignante saturé par les  multiples représentations mises en jeu.

 

   L’on sait qu’une tendance s’impose d’un traitement social, politique et institutionnel caractérisé par l’accroissement significatif de la lourdeur et l’exemplarité des peines. Celle-ci appelée par l’embrasement médiatique. L’inflexion est nette, qui contribue à la création d’un registre spécialisé ou l’ampleur des condamnations correspond à la mise en cause définitive d’un sujet entretenu dans le réductionnisme d’une représentation sociale hostile, souvent déshumanisante. La dimension tragique, passionnelle, alarmiste s’impose. Qui justifie des orientations privilégiant des pratiques ressortissant d'abord au domaine du contrôle social, de représentation sociale  correspondante.

Normes, règles et institutions contribuent ainsi au développement de pratiques condamnant les atteintes sexuelles mais aussi  la menace de  récidives. La réalité de l’aspect cruel et inhumain des actes domine, qui associe l’autre à l'anormal et pervers, à l’autre soumis à une force sociale particulièrement significative. Celui dont il convient de diriger les pensées. Des techniques diverses, parfois mortifiantes devant lui être appliquées, dans un contexte de criminalisation et de sévérité. Le danger apparaissant alors, pour les praticiens, d’une difficulté majeure à prendre en compte une certaine forme de radicalité du jugement, social et peut être aussi judiciaire, punitive et carcérale. Adressé à l’agresseur sexuel qui, figure  support de projections massives, engage la dimension paradigmatique d’une forme d’horreur et d’indicible sexuel. La visée ultime de l'intérêt pour la sexualité hors norme n’appelant cependant pas  l’exigence et l’originalité de la théorisation psychopathologique et clinique, de la recherche de la connaissance approfondie de la vie psychique de l'agresseur, de la confusion des diagnostics, de l'empirisme des processus thérapeutiques.

 

 

    Le sujet dissous dans le "profilage" de la "solution pénale" socialement obsédé par la récidive

 

 

  Aveu, bonne et mauvaise foi, deviennent l’argument essentiel évoquant la sanction du parcours d’un criminel sexuel non amendable. Une rhétorique de la peine se crée ou le diagnostic  précis, clair, distinct, expression d’une clinique experte et médicale, évolue vers l’argumentation d’une mise en cause de l’agresseur rendu à un profil caractérisé par la dangerosité et l’immoralité. Le discours sur le sujet associe les pratiques pénales et soignantes à la  recherche de punitions légales, ou transparaissent des stratégies de “régénération morale”(4).Au projet humaniste  de guérison ou restauration du sujet succède la recherche de la vérité inavouable de qui est  aux prises avec des pulsions, peut être bien, “contre nature”. La conscience commune appelle ainsi la nécessité d’un traitement approprié. à la réalité sous-jacente écoutée par  la clinique répondent, en écho le recours, la recherche de normalité, des projets toujours limités. Les dispositifs de prise en charge judiciaire, sanitaire, psychologique, des sujets désignés, agresseurs mais aussi victimes, s’ils se définissent comme thérapeutiques, sont aussi, surtout, l’espace dévolu à l’interprétation des conduites délinquantes. Soit, in fine à autre chose. A un travail souvent qualifié de “profilage” ou bien d’expertise ou de justification d’une prise en charge ”compréhensive”. Les pratiques relatives au fonctionnement psychique reflètent ainsi, soulignons-le, le besoin des institutions et organisations, prioritairement judiciaires. Des stratégies de criminalisation et catégorisation s’imposent; Nous situerons ainsi la psychologisation mais aussi les limites de la “compréhension" ou vérité et sacrifice se rejoignent. Le glissement du sujet psychique vers le sujet dissout et dissolu de l’institution pénale. Le sujet de l’existence et de la réalité psychique, sexuelle, corporelle  est définitivement celui de l’expérience répressive.

Toujours diffuse, toujours présente, la menace de récidive situe le regard, les présupposés du traitement. L’expérience des professionnels mandatés pour la prise en charge est celle d’une mise en cause, explicite ou tacite. Elle est aussi celle, souvent imprécise, obscure, ou il s’agit de tracer les contours d’un savoir incertain sur un sujet  déviant et pervers. Celui-ci, basé sur la condamnation de faits de violence sexuelle, contribue à des discours et des représentations déterminées par des éléments négatifs, des éléments centraux de la problématique, d’un regard porté sur le sujet plutôt qu’une écoute. Il convient, dans la problématique de recherche d’analyser l’origine de discours représentatifs situant un sujet objet, agresseur sexuel, dont la compréhension sera aussi une introduction au diagnostic. Dont les enjeux, distinction, clarté, précision, ne seront plus à même de formaliser les ruptures et discontinuités constitutives de la vie psychique. Il s’agit aussi d’un rapport de pouvoir, d’un rapport de force, ou s’établit la mise en cause de la perversion d’un sujet, acteur d’une sexualité ou transparait la lecture pénale d’une atteinte identitaire significative. Lecture théorique et lecture pénale sont associées là ou l’acteur, juge, soignant  assume une posture d’analyse et de contrôle. Il s’agit  ainsi d’une pratique consacrée au contrôle du sujet à laquelle se  rapporteront des éléments d’interprétation et d’argumentation théorique. Mais aussi de la mise en application concrète d’un corpus savant, scientifique, psychopathologique, rapporté  au cas de l'agresseur sexuel. L’attention clinique au sujet de la condamnation pénale et, au travers de celle-ci, à la “Douleur du temps long”(5) suggère  la notion de ”véridiction”(6).Ce qui persistera s’éloigne de l’attention à la vie psychique et sexuelle pour s’orienter vers la recherche approfondie autorisant la  formulation d’un énoncé autorisant la résolution pratique. Il s'agit de  préciser les conditions de la mise en application du soin et de la punition imposées au sujet qualifié, en fonction de sa déviance, de son immoralité, de sa pathologie et de sa dangerosité.

 

   La problématique, les conditions  de la perception du sujet agresseur sexuel répondent à des conditions ou le  rapport à la sexualité, à la mort, à l’inconscient, à la société, à la race, à la folie, à la délinquance, sont peu analysées. Des règles s’imposent où l’attention clinique et psychopathologique est biaisée du fait de la recherche d’aveux, ambiguïtés, contradictions. Le sujet, objet, de savoir se fait inaudible. Le sujet de  la théorie, de la connaissance scientifique se transforme, il devient celui de paradigmes et modèles portés par la médecine et l’ordre pénal, ou  ce qui émarge au domaine du psychisme, de la souffrance, de la violence sadique et perverse, est rendu au domaine de l'aveu, de la véracité, de la conviction.. S’il y’a encore référence au modèle psychologique, ou même psychanalytique, nous pouvons cependant retenir, dans analyse des pratiques et savoirs mis en jeu, par-delà ce qui reste, indubitablement, l’exercice sans nuance d’un pouvoir de jugement et d’expertise, la genèse d’une hésitation. Celle-ci par rapport à la dangerosité et au changement du sujet. Par rapport aux objectifs d’un dispositif ou le savoir tend à se confondre avec des pratiques discursives. L'analyse des relations de pouvoir, à comprendre comme une tentative de définition d’un savoir argumenté à propos d’un sujet en rupture, de son refus des règles sociales situant la sexualité, de sa brutalité perverse, implique la prise en considération d’une démarche ou il  encourt le risque du dessaisissement. Là où la  prise en charge soignante, l’accompagnement d’une subjectivation pervertie et opaque  ne seraient peut être  qu’un leurre ?

    Quel pratique possible des intervenants, médecins, magistrats, psychologues ?

    Accepter ou refuser les normes, la pratique des intervenants, médecins, magistrats, psychologues, CPIP, des agents institutionnels, concrétise ainsi un travail d’analyse sous tendu par la présence manifeste et  prévalente de la solution pénale répressive. Étant entendu que la mise en application de celle-ci ne saurait jamais, en dépit des apparences, rester véritablement neutre. L’implication des juges et des soignants ne saurait correspondre à la mise en application formelle et technique d’une peine. Elle est autre chose, c’est à dire l’engagement de la mise en cause d’un agresseur sexuel en fonction du pouvoir, des conceptions et de la subjectivité de qui s’engage personnellement par rapport à une sexualité prohibée et malade. La présence de l’ordre social est évidemment fondamentale, qui oriente une démarche symbolique consacrée à une menace entrevue à partir d’une sexualité hors norme.

 

  L’intervention des professionnels spécialisés est loin de répondre aux conditions d’un entretien clinique et thérapeutique ordinaire. Elle est transformée en une  confrontation directe à un sujet en résistance, sociale et psychique. Un sujet soumis au pouvoir et à l’autorité d’un rapport de force déterminant. L’illusoire pouvant alors apparaître du soin et de la sollicitude annoncés. Ce qui a trait à l'intimité, à la pulsionnalité, à la désocialisation du sujet agresseur sexuel est-il, au fond, un enjeu majeur? Ce qu’il faut entendre des résistances du sujet est l’enjeu central d’une rencontre ou se déploie le pouvoir d’un regard expert dont la fonction reste, par-delà la recherche d’un savoir, de répondre à l’exigence du corps social. Le recueil de données, d’informations, répond à différentes logiques. Pas seulement à l’élaboration d’un travail de compréhension, judiciaire et médicale, clinique, mais aussi à la constitution et l’exploitation d’un profil conformé à la fonction de la peine, ses modalités d’application, au  traitement social requis. En ce sens, l’objectif normalisant et sécuritaire insiste. Comprendre, en fait, travailler au plus près de la subjectivité de l’agresseur sexuel est-il toujours, au fond, l’essentiel? Là où le discours d’aveu correspond à la mise en cause identitaire et pénale du sujet condamnable, sexuellement et anthropologiquement déviant ; (M. Foucault). (6).. Soumis à l’épreuve, l’agresseur sexuel, rendu à la mortification, au sacrifice, tout autant qu’au soin et à la réintégration, actualise malaisément subjectivité, identité et sexualité au sein de la relative étrangeté d’un contexte menaçant.

 

    La recherche tentera ainsi de préciser l'étude des mécanismes de projection, représentations et rationalisations mis en jeu par les professionnels du droit et de la santé. Nous nous situerons au-delà de la démarche “compréhensive ”et nous nous  interrogerons, par ailleurs à propos de l’élaboration psychique défensive, peut être déréalisante, développée par les sujets réprimés à propos du dispositif ou ils sont devenus à la fois sujets et objets. On retiendra l’idée de la théorisation d’une construction psychosociale relative aux limites d’une sexualité transgressive. (7) et, en ce sens, l’analyse conjointe d’une déconstruction et d’une archéologie du savoir impliqués par la  théorisation du sujet criminel sexuel. Puis celle des conséquences  de la recherche de l’aveu, le versant ou interviendra l’effet psychiquement destructeur d’identité, d’investigations injonctives, emprise et menace.

    Prendre en compte une anxiété collective face au sujet pénalisé

  Cette dimension psychique essentielle émergeant, en particulier, dans le contexte de mise à jour, par les soignants et experts, de tensions et divisions du sujet pénalisé soumis à une certaine forme de psychiatrisation et psychologisation de  sa propre vérité enfouie.

 

  Prolongeant l’idée de Foucault théorisant une micro physique des dispositifs de pouvoir(8), nous tenterons de situer une “tension théorique ”ou interviendra la fixation d’une anxiété collective relative à la sexualité, puis les effets sur le psychisme du seuil critique  de pressions, paradoxales, exercées sur le sujet en cours de jugement de condamnation. La conceptualisation devient parfaitement lisible. Il s’agit de penser  le développement d’approches significatives permettant d’intégrer le point de vue du sujet et par-delà une certaine disponibilité à s’opposer à celui-ci. La conjonction de l’expression des  uns et des autres crée un espace interprétatif original, dont l’unité évolue de la recherche de l’attention prêtée à l’agresseur vers la certitude de l’incarcération, puis, au-delà, de ses suites. Cela dans une démarche qui ne saurait, in fine, jamais être radicalement neutre. Puisque affectivité et anxiété sont toujours au centre du contexte où il reste quasiment impossible de formaliser un discours clinique retenant une lecture exhaustive de la dynamique  psychopathologique d’un sujet astreint à l’argumentaire requis par l’unité de la peine et de la carcéralité. Distinguer, chez les condamnés, ce qui de l’ordre de l’argumentaire rationnel, de l’adaptation au contexte d’un contrôle, et la réalité de la présence inconsciente de ce qui annoncerait d’une parole engageant le sexuel. Le point de vue des intervenants suppose des représentations souvent insuffisamment élaborées aux effets considérables, qui biaisent irrévocablement le sens du travail. Le rôle des différents éléments contextuels est ici, plus que jamais, déterminant.

 

  Ce qui se veut être un travail extrêmement approfondi, que ce soit en contexte carcéral ou bien probatoire, renvoie les différents acteurs, agents de  détention, soignants ou personnels pénitentiaires, juges ou CPIP, aux limites d’entretiens toujours soumis à des déterminants sous-jacents relatifs à la sanction et à la menace répressive latente jamais véritablement disparue. Retrouver ici les fondamentaux d’une clinique reste donc essentiellement complexe, voire improbable.

    

      La première partie sera celle de l’attention au discours des sujets agresseurs sexuels condamnés, à leur histoire, à leur perception intime du soin et de la peine, à l’aspect essentiel du travail de stigmatisations subies.

      La deuxième situera les enjeux des prises en charge, le positionnement des différents acteurs soignants, la réalité plurielle et équivoques de démarches qualifiées de psychothérapiques, mais dans les faits, pénales.

 

      BIBLIOGRAPHIE REFERENTIELLE ORDONNEE

       et       notes correspondantes numérotées.

 

 

         7) Barret. R (1998). La construction sociale de la schizophrénie, Plessis-Robinson, Synthélabo.

         3) Bensoussan, P., Rault, F. (2002). La dictature de l’émotion, .Paris, Belfond.

         2) Doron, C.O. (2010).”La volonté de soigner, d’un singulier désir de soin dans les politiques pénales». In: La philosophie du soin, Paris, P.U.F, 283-300.

         1)  Foucault, M. (1993). Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

         4) Foucault, M. Ibidem 1.

         6) Foucault. M (1976).La volonté de savoir. In. Histoire de la sexualité, Tome 2, Paris, Seuil.

         8) Foucault. M. (2004). Sécurité, territoire, population. In Cours au Collège de France, 1977, 1978, Paris, Gallimard/Seuil.

         5) Huguet, M. (1987). L’ennui ou la douleur du temps. Paris, Masson.

 

 Mise en place corrections et structuration de cet texte inachevées (jr 26 fév. 2018)

 Lire également de Yves GERIN sur différents sites...

 

    - L'hypothèse d'une crise identitaire de la psychologie. Théorisation, professionnalisation, impasses ( www.lestamp.com )

 

 Cliquer sur : https://www.lestamp.com/colloques/colloque.bilan.reflexif.sciences.sociales.htm

ou

 

http://www.sociologie-cultures.com/appel_publication.e.book/e_publications.jr.bilanreflexif.htm

 

 AUX EDITIONS DU LESTAMP

   - "Les ratés du gouvernement de la parole. Du danger de certaines dérives psychologisantes au sein des services de protection de l'enfance" in J DENIOT, J REAULT, avec L DELMAIRE,            --CLIQUER L'Odyssée du sujet dans les sciences sociales Lestamp Editions Nantes 2015

  ...et pour l'appel à communiquer du colloque en amont

CHEZ L'HARMATTAN____

 

Yves Gérin Souffrance et psychose. 1997.

SOUFFRANCE ET PSYCHOSE

Psychopathologie sociale clinique
Yves Gerin
Études Psychanalytiques
PSYCHANALYSE, PSYCHIATRIE, PSYCHOLOGIE


La psychose est relue comme rupture psycho-sociale, ce qui permet une théorisation articulant la psychose du côté de la désocialisation, la théorie de l'affect étant sollicitée comme pont. Cette dynamique de l'interrogation débouche sur un examen des significations socio-idéologiques et des signifiants collectifs sur le refoulement psycho-social de la souffrance.


ISBN : 2-7384-5916-1 • 1997 • 368 pages
EAN13 : 9782738459169
EAN PDF : 9782296350441

 

 

 

 

these.y.gerin.4.de.couverture.

Thèse de doctorat de Yves Gérin :


 

_________

2018

 

Les voeux du LESTAMP

 

voeux.du.lestamp.pour.2018

 

 

Sociologie Philosophie Esthétique Sémiologie Anthropologie

PARIS NANTES

 

LE SENTIMENT ESTHETIQUE

Essai transdisciplinaire

 

Joëlle-Andrée DENIOT décembre2017

 

Le Manuscrit Paris

 

Joëlle-Andrée DENIOT, Le sentiment esthétique.essai transdisciplinaire. Le Manuscrit.Janv.2018

*

 

 

 

Jacky Réault De Nicos Poulantzas à Cornelius Castoriadis in A Mouchtouris, P Christias, Actualité de la pensée grecque.

 

 

 

 

 

 

 







 
 


LIENS D'INFORMATION
 

Formation formateur professionnel   I   Formation communication  I  Formation management  I  Formation consultants   I  Gestion du temps   I  Formation ressources humaines   I  Gestion stress
Formation coaching   I  Conduite de réunion  I  Gestion des conflits   I  Gestion de projets   I  Maîtrise des changements   I   Ingénierie de formation   I   Outplacement   I   Ressources Humaines
Prise de parole  I  Orientation professionnelle  I  Devenir consultant  I  Bilan des compétences  I  Certification formateurs   I   Stratégies internet E-commerce   I  Management internet marketing
Création site internet    I    Référencement internet    I   Rédiger une offre internet   I  Coaching   I  Gestion de projets e-business   I  Droit des nouvelles technologies   I   Intelligence stratégique
Négocier en position de force   I   Conduite des changements   I   Négocier en position de force   I  Management de la qualité   I   Management et performances    I   Développement personnel
Intelligence émotionnelle  I  Prise de parole en public    I   
Conduite des entretiens    I    Gestion des carrières    I    Prospection commerciale   I   Formation vente   I   Management commercial
Négociation commerciale I Responsable formation  I  Knowledge management  I  Formation leadership  I  Recrutement consultant  I Gestion de projet internet  I 
Direction ressources humaines
Formation devenir consultant  I  Directeur ressources humaines  I  Formation consultant formateur   I   Formation marketing internet   I   Internet management   I   Stratégies internet   I  Manager
commercial
   I 
Information et communication  I  Stratégie communication  I  Communication entreprise   I  Stratégie de communication  I  Communication interne   I    Formation commerciale
Conduite du changement    I    Ressources humaines    I   
Force de vente   I   Gestion des connaissances   I  Formation gestion connaissance  I  Management des connaissances  I  Performance
management
  I  Formation manager  I  Manager  I 
Métier consultant   I  Consultant expert   I   Devenir formateur   I   Formateur   I   Projet web  I  Chef de projet internet   I   Vendre sur internet
 
 

© Lca Performances Ltd